Mag'IFZ #1 - Octobre 2018

Zoothérapie ou médiation par l’animal ?

Utilisé couramment en Amérique du nord, le mot zoothérapie provient de la racine grecque « zoo » qui signifie animal et « thérapeia » qui en grec signifie « cure, soin. » Il est donc important de déterminer la véritable portée significative de ce que l’on veut définir par le mot zoothérapie.

Alors pourquoi certaines personnes se défendent de parler de Zoothérapie ?

Ne veulent-ils pas reconnaitre le bienfondé de la relation humain-animal en tant que soin alternatif non médicamenteux ?

Lorsque je suis arrivé en France en 2003 pour développer la zoothérapie et l’Institut de formation IFZ, je me suis tout de suite aperçu que cela créé de la jalousie.

Dans le mot « zoothérapie » la syllabe « thérapie » dérangeait. Et pourtant on parlait bien déjà de musicothérapie, de luminothérapie, de phytothérapie, d'art-thérapie…

Mais non. Zoothérapie ne plaisait pas à certaines personnes uniquement dans l’esprit de se démarquer d’IFZ. En organisant en 2006 à la Porte de Versailles à Paris, le Premier Colloque International sur la zoothérapie où plus de 250 personnes ont répondues présentes, je bousculais les adeptes à l’immobilisme ou à la jalousie.

15 ans après avoir fondé IFZ, de plus en plus de professionnel parle de zoothérapie sans que cela dérange. Bien sûr il y aura toujours des personnes qui ne veulent en aucune façon utiliser le mot « Zoothérapie »

Et pourtant, la définition exacte du mot Zoothérapie spécifie bien :

« Soin alternatif non médicamenteux »

De plus en plus il accompagne le soin médicamenteux

En pratique sur le terrain : c’est une médiation qui se pratique par un professionnel de la santé ou du social et qui a été formé professionnellement à l’application de la zoothérapie. Le travail se fait sous forme d’ateliers soit en individuel ou en petit groupe de trois patients maximums. Par l’intermédiaire d'un animal familier, consciencieusement sélectionné et éduqué comme médiateur, le professionnel, formé à la zoothérapie, pose des objectifs selon les pathologies du patient pour améliorer son potentiel psychique, cognitif, physique, psychosocial, émotionnel, communicatif…

Alors zoothérapie ou médiation par l’animal ? Et bien c’est la même chose et arrêtons d’en faire un terrain de commérage…


Equithérapie ? Hippothérapie ? Equicoaching ?

Il y a de quoi se perdre dans tous ces termes …

Comme d’habitude chacun qui pratique une discipline avec le cheval ou le poney veut avoir raison dans la terminologie qu’il utilise et dans son action de travail.

De ce fait on trouve plusieurs formations sur le Net en équithérapie. Et chacun va défendre sa formation. On retrouve aussi cela en zoothérapie depuis quelques mois !

Mais il est vrai que l’équithérapie, tout dépend à qui cela s’adresse. Lorsque l’on va travailler avec une personne à spectre autistique, ou un schizophrène, le professionnel de la santé ou du social doit-il obligatoirement connaître l’éthologie du cheval ? Non.

Cependant il est très important que ce professionnel de la santé ou du social connaisse la pathologie autistique !

Idem si je travaille avec des jeunes en inadaptation sociale, agressivité physique ou verbale, là aussi ce qui est important c’est comment mener ces jeunes à une meilleur estime d’eux, une revalorisation de leur Moi. En les responsabilisants envers l’équidé avec tout le travail à développer autour de l’équidé.

La définition Hippothérapie est employée en Belgique mais sa signification est la même que ci-dessus.

Quant à la signification de Equicoaching, on est dans le mangement de personnes par l’intervention d’un cheval. On est dans un travail sur soi-même avec un cheval mais bien sûr entouré de professionnels du monde équestre et de la psychologie humaine. DRH, Psychologue et qui sont eux même formés au management d’équipe.

On retrouve aussi ce que certain appel Le HORSE-CONCEPT qui réside dans la permutation de la relation Homme-Cheval et de la science de l’éthologie équine qui nous vient des Etats-Unis et s’applique dans des secteurs d’activités et domaines autres que ceux de la santé ou du social. On retrouve Le HORSE-CONCEPT dans le mangement d’équipe de cadres d’entreprises, de commerciaux ou autres.


La réforme gouvernementale sur la formation professionnelle vient à point

3 axes de la réforme de la formation professionnelle

· Investir massivement dans la formation et les compétences, pour être collectivement capables d’impulser les changements de l’économie de la connaissance plutôt que de les subir ;

· Donner à chacun la liberté de choisir son avenir professionnel et la capacité de construire son parcours, pour créer ou saisir les différentes opportunités professionnelles qui se présentent ;

· Protéger les plus vulnérables contre le manque ou l’obsolescence rapide des compétences et vaincre ainsi, enfin, le chômage de masse.

Les grands principes de la réforme

La formation professionnelle accessible à chaque actif : elle doit être accessible de façon autonome, simple et opérationnelle, pour rendre concrète la liberté d’évoluer professionnellement. Il s’agit aussi de promouvoir la qualité de la formation, la transparence du marché de la formation et l’accompagnement des personnes qui ont besoin d’être aidées dans la construction de leur parcours professionnel.

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel garantira le principe un contrat = un financement. Un jeune et une entreprise qui signeront un contrat d’apprentissage auront un financement.

Les demandeurs d’emploi auront d’avantage accès à la formation et à une reconversion Pôle Emploi à la devoir de participer à la formation pour les demandeurs d’emploi.

Pour en connaitre d’avantage je vous renvoie sur le site legifrance.gouv.fr.